Auteur Sujet: Soirée du 14 février  (Lu 518 fois)

Hors ligne fred

  • Bureau AJSM
  • Hey ouais gars, j'suis gradé moua !
  • *****
  • Messages: 1277
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #30 le: février 15, 2020, 04:47:29 pm »
intéressé par machina arcana
du coup on peut accéder librement a ta rue ou faut ce garer avant la porte guillaume?
citation du Major-General George Patton a ses hommes:
- bon, je tiens a vous rappeler que l'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le pauvre crétin d'en face meurt pour le sien

Hors ligne Stainless

  • Mec qui cause un peu beaucoup
  • ***
  • Messages: 480
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #31 le: février 15, 2020, 05:30:44 pm »
on peut acceder à ma rue mais il n'y a pas vraiement de place pour se garer. Si tu tyrouve de la place rue de la porte guillaume c'est ce qu'il y a de plus simple.
Sinon il y en a au début de la rue de la tannerie, ou le long de l'eure vers l'ancienne caserne des pompiers

Hors ligne fred

  • Bureau AJSM
  • Hey ouais gars, j'suis gradé moua !
  • *****
  • Messages: 1277
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #32 le: février 15, 2020, 06:56:19 pm »
je passe prendre seb a 20h
on arrive ensuite
citation du Major-General George Patton a ses hommes:
- bon, je tiens a vous rappeler que l'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le pauvre crétin d'en face meurt pour le sien

Hors ligne Stainless

  • Mec qui cause un peu beaucoup
  • ***
  • Messages: 480
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #33 le: février 20, 2020, 11:42:55 pm »
J'ai traduit vite fait le scénario de samedi (enfin surtout google, il devient pas mauvais avec le temps...)
Bon en lui même le scénario tient sur une demi ticket de métro, c'est surtout pour l'ambiance :p

L'horreur dans la glace

1. L'entrée
   Alors que nous entrons dans l'obscurité, une rafale de vent inquiétante nous suit et continue à descendre à travers les couloirs larges et spacieux, dans un écho sans fin. Nos yeux, éblouis par les reflets polaires, finissent par s'adapter et nous pouvons enfin distinguer notre environnement.
   Il y a peu de lumière, mais suffisamment pour nous permettre de découvrir des couloirs, des halls et des pièces anciens et complexes construits par des mains inconnues il y a des éons. Quel artisanat a érigé ces murs délicats et ces piliers exquis qui s'élèvent au-dessus du sol de dalles de pierre finement détaillées sous nos pieds?
   Tout l'espace semble pulser avec un rythme étrange, faible et indistinct. Alors que nous entamons notre exploration de ces ruines souterraines, le sentiment d'inquiétude ne cesse de croître. Plus nous nous aventurons, plus il semblait que, d'une manière étrange, l'endroit lui-même a pris conscience de notre présence, et nous avons l'impression de ne plus être seuls.

2. Une piste de sang
   La curieuse ornementation sur les piliers témoigne de la grande maîtrise de leur créateur, mais si vous laissez votre esprit errer sur ces courbes fluides, leurs contours sinistres et extraterrestres finissent par s'imposer dans votre esprit.
   Arrachant mes yeux de la vue, je remarque divers bibelots éparpillés sur le sol qui ressemblent à de l'équipement d'exploration standard. Est-il possible que nous ne soyons pas les premiers de notre époque à mettre les pieds ici? Mes soupçons se renforcent à mesure que notre progression révèlent de nouveaux signes d'implication du culte.
   Soudain, je perd l'équilibre et je dois m'appuyer contre le mur pour me soutenir. Ignorant la sensation froide et organique de la pierre, je regarde mes pieds. Mon cœur arrête de battre un instant quand je réalise que je me tiens dans une épaisse flaque de sang. Il n'y a aucun corps ni aucun signe de lutte, juste ce sombre suintement gelé qui s'étire devant nous à perte de vue. Nous n'osons pas nous regarder de peur de voir la terreur sur nos visage alors que nous suivons la piste dans l'obscurité.

3. Le manuscrit déchiré

   Notre chemin sanglant s'arrête soudainement à l'entrée d'une pièce. Au centre, un livre est posé au milieu d'articles divers éparpillés sur le sol. Je remarque immédiatement que ce tome est un journal et, par chance, écrit dans ma langue. Les mémoires soigneusement écrites par l'auteur sombrent dans une folie frénétique au fil des pages.
   L'œuvre prouve sans aucun doute que l'écrivain est membre de la Maison du bonheur. Je peux sentir des picotements d'inquiétude dans ma colonne vertébrale, alors que je comprends que le culte peut être ici, en ce moment même, tapi dans l'ombre, tissant ses toiles trompeuses, comme des araignées patientes attendant leur proie.
   Les dernières pages du journal sont cryptiques et délirantes, et clairement le résultat d'un esprit dérangé. Il y a un chapitre particulièrement épouvantable - dont quelques pages sont manquantes - qui décrit un rituel de réanimation dans les moindres détails ...

4. La pièce manquante
   Les couloirs sont humides et menaçants, et nous essayons d'ignorer le malaise croissant alors que nous nous frayons un chemin à travers les murs qui palpitent doucement.
   Au milieu de ce corridor, nous tombons sur un morceau de parchemin, et je devine que c'était une page manquante du journal. Nous clignons des yeux dans l'obscurité pour donner un sens à l'illustration: un météore bleu, plongeant du ciel vers une montagne blanche scintillante. Je sens ma gorge se serrer alors que je mesure l'étendue de ce que je vois. Les petits tentacules dépassant de la sphère flamboyante ne sont-ils qu'une représentation fantaisiste d'un artiste? Est-il possible qu'il soit vivant?
   La page parle également d'un endroit secret bien en dessous et nous donne des instructions détaillées sur la façon de l'atteindre depuis l'entrée. Mais pour l'instant, cela doit attendre car le temps manque et nous devons retourner à la base avant la nuit.

5. Retour à la base
   Enfin! De l'air frais et froid! Comme c'est apaisant et purifiant!
   Nous laissons les horreurs de cet endroit derrière nous pour le moment, mais je sais que nous devrons y retourner, et rapidement. Nous allons devoir mettre fin à tout ce qui se passe à l'intérieur de cette horrible montagne. Quelque chose de pervers et de désastreux s'y prépare - je le sens.
   Au cours de notre propre exploration, les autres ont enquêté sur les restes d'un dirigeable - probablement le Nostromo - dont les mémoires du Dr Alden parlaient. L'équipe de fouilles a pu récupérer des mécanismes obscurs et arcaniques que nous allons étudier et utiliser à notre avantage maintenant que nous sommes de retour.

6. Le passage
   Les vastes salles nous accueillent de nouveau de leurs échos. Nous sommes un fois de plus attiré par l'exploration de leurs chambres caverneuses, de leurs couloirs troubles et leurs impasses, et dans la crainte des monstruosités qui rôdent dans l'ombre. La montagne est devenue un colosse désolé, chantant un hymne funéraire.
   Aidé par les illustrations et les indications gribouillées du journal, nous pouvons rapidement localiser notre destination. Au milieu d'un mur, il y a un énorme passage descendant en spirale dans l'inconnu.
   Une brise légère d'en bas caresse mon visage, apportant avec elle un soupçon de quelque chose de dérangeant. Nous nous regardons nerveusement et nous nous avançons, le cœur battant.

7. Des chants dans les profondeurs
   Le chemin nous conduit vers le bas, de plus en plus loin, jusqu'à ce que l'air commence à se réchauffer et que notre souffle ne s'embue plus devant nos visages. Nous atteignons un autre complexe souterrain, identique dans le style et l'apparence à la zone que nous avons laissée. Il y a toutes les indications de la présence d'une secte ici: des instruments modernes et des vivres sont éparpillés dans toute la pièce.
   Cependant, nous n'avons pas le temps de les examiner. Je sais que nous devons agir rapidement et je peux voir mon angoisse reflétée dans les yeux de mes compagnons. Les sons faibles qui semblaient gagner en puissance pendant que nous descendions sont devenus suffisamment forts pour être localisés avec aisance.
   La musique des voix contient de sombres accents de désespoir et de péril. Le chant augmente dans un crescendo, et à son apogée un bref tremblement de terre secoue toute la montagne. Mon âme tremble aussi, comme si elle n'était plus que la flamme faiblement vacillante d'une bougie.

8. La crypte souterraine
   Nous regardons la source de la mélodie étrange, hébétés et apeurés. Le savoir-faire remarquable de la pierre n'est égalé que par le sentiment inexplicable de menace et de tourment qui semble émaner de cette étrange entrée. Les escaliers plongeant dans les catacombes brillent d'une faible lumière cramoisie qui rayonne de l'intérieur.
   Nos regards stupéfaits sont arrachés à ce spectacle par un autre tremblement qui parcourt toute la pièce. Il résonne à travers les chambres spacieuses et gronde dans ses coins poussiéreux.
   Il n'y a pas de temps à perdre!
    Ou est-ce déjà trop tard?

9. Interrompre le rituel
   Les escaliers apparemment sans fin nous conduisent finalement à une énorme chambre, mais ce n'est pas cela qui attire notre attention. Non, ce n'est pas cette salle qui va hanter nos cauchemars; ce n'est pas non plus le spectacle macabre qui se joue devant nous.
   À l'extrémité nord de la chambre, un rituel s'achève. Un tas de corps dépecés forme la pièce maîtresse de ce tableau horrible. Autour de la vile pyramide, plusieurs personnages en robe se tordent et chantent sauvagement, ululant leur triomphe et leur joie devant le gouffre gargantuesque qui s'étend à leur pieds.
   Il n'y a jamais eu un océan plus abyssal ou un noir plus impénétrable que celui qui est devant nos yeux. Craignant pour ma santé mentale, je me bats pour maîtriser à la fois la nausée et la terreur.
   L'obscurité semble grandir à chaque seconde, se nourrissant de chaque cri et hurlement.
   Plus vieux que le temps, plus fort que la mort: son nom est Folie.

10. Silence
   Le gargouillis de la mort du dernier cultiste retentit dans nos oreilles de manière obsédante, et provoque un autre tremblement de terre, qui secoue le sol avec une vigueur renouvelée. Puis... silence. Nous osons à peine respirer alors que nous nous tenons là, aussi muets que la montagne elle-même.
   Enfin, nous tournons le dos à cette pièce, maintenant sans vie, et nous dirigeons vers l'air pur et la neige éblouissante de l'extérieur. Nous attendions une délivrance, mais les horreurs, toujours vives, ne nous laissent aucun répit. Comme une terrible image rémanente, elles sont devenues une partie permanente de notre vision, incapables d'être effacées.
   Nous ne nous parlons pas. Il n'y a aucun sentiment de grandeur, de découverte ou même de soulagement. Nous errons dans les couloirs les yeux vides et en transe. Nous sommes des êtres éteints, nous déplaçant pas à pas, essayant d'arriver à une destination indéfinie.

(et n'oubliez pas le guide, merci)



Hors ligne Keldos

  • Bureau AJSM
  • Mec qui cause un peu beaucoup
  • *****
  • Messages: 304
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #34 le: février 21, 2020, 05:36:56 pm »
merci :)

Sinon j'ai vu une video sur le jeu : à priori, à chaque phase d'horreur, on augmente le niveau de menace des monstres :D

(par contre qu'une carte par tour et non 1 carte / joueur)

C'est pour ca qu'au boss final on avait que des mob niv 1 (voir 2)  ;D

Hors ligne fred

  • Bureau AJSM
  • Hey ouais gars, j'suis gradé moua !
  • *****
  • Messages: 1277
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #35 le: février 21, 2020, 05:41:37 pm »
merci
dans tous les cas, pour moi, se sera a refaire , j'ai bien aimé le système et la trame (et c'est vrai que c'est plus clair en francais!!)
citation du Major-General George Patton a ses hommes:
- bon, je tiens a vous rappeler que l'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le pauvre crétin d'en face meurt pour le sien

Hors ligne Stainless

  • Mec qui cause un peu beaucoup
  • ***
  • Messages: 480
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #36 le: février 21, 2020, 06:07:54 pm »
Ah, j'avais vu 1 seule horreur par phase mais pas la phase de menace... je vais fouiller ça
t

Hors ligne Stainless

  • Mec qui cause un peu beaucoup
  • ***
  • Messages: 480
    • Voir le profil
Re : Soirée du 14 février
« Réponse #37 le: mars 19, 2020, 03:37:09 pm »
Vous croyez que ca se voit que je m'ennuie au boulot ?  ;D
(bon c'est un peu casse pieds des fois, le logiciel OCR n'en fait qu'à sa tête)

J'ai même du papier 50g pour limiter l'épaisseur supplémentaire dans les sleeves... ya plus qu'à faire la même avec les 500 autres cartes  8)

« Modifié: mars 19, 2020, 03:39:58 pm par Stainless »